Apprentissage , c’est signé

Accord sur l’organisation et le financement de l’apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics

La CAPEB se félicite de la prise en compte de ses recommandations en faveur de la poursuite d’un apprentissage de qualité dans l’artisanat du bâtiment

A l’issue d’une négociation dédiée à l’apprentissage entre les partenaires sociaux du Bâtiment et des Travaux Publics la semaine dernière, une ultime rencontre les a réunis ce 24 septembre 2014 pour boucler un nouvel accord sur l’organisation et le financement de l’apprentissage. La qualité des débats entre les partenaires sociaux présents ont permis d’ouvrir cet accord à la signature des différentes organisations nationales d’employeurs et de salariés du BTP.

La CAPEB s’en félicite car ce projet d’accord garantit l’avenir de l’apprentissage dans le secteur.

 La CAPEB appelle de ses vœux que l’accord sur l’organisation et le financement de l’apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics soit signé par le plus grand nombre d’organisations de salariés.

« L’ouverture à signature de cet accord montre combien la politique de branche a du sens dans notre secteur. Nous y sommes très attachés ! Alors que les Assises de l’apprentissage ont permis plusieurs avancées en faveur de la relance de l’apprentissage, notre secteur confirme paritairement son engagement sur ce champ » se félicite Patrick Liébus, président de la CAPEB.

En effet, les partenaires sociaux du Bâtiment et des Travaux Publics se fixent conjointement plusieurs objectifs :

  • 7250 signatures de contrats d’apprentissage dans le cadre de la convention passée entre les pouvoirs publics et le CCCA-BTP,
  • La progression de 13% à 15% d’entreprises formatrices par an,
  • 86000 apprentis dans les entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics au 31 décembre 2015, puis 90 000 apprentis au 31 décembre 2016.

Jean-Christophe REPON, administrateur de la CAPEB au poste de trésorier adjoint et chef de file confédéral de la formation professionnelle,  souligne :« L’un de nos objectifs majeurs au sein de la CAPEB est plus que jamais, a fortiori en période de crise, de former des jeunes et de leur transmettre nos compétences pour garantir l’avenir de l’artisanat. Cet accord est essentiel car il sécurise les financements de l’apprentissage dans la branche, au sein de laquelle 80% des apprentis sont formés chez nous ; mais il va également permettre d’impulser une évolution de notre outil historique qu’est le CCCA-BTP. Et en matière de formation continue, si nous n’avons pas souhaité la réforme en cours, nous saurons néanmoins nous mobiliser pour favoriser la montée en compétences des salariés de nos entreprises, préalable nécessaire au gain de nouveaux marchés… Et nous en avons bien besoin vu l’état dramatique de nos carnets de commande ! » 

 En effet, pour la CAPEB, cet accord ouvert à signature constitue également une étape vers la poursuite de négociations portant cette fois sur l’évolution du système de formation professionnelle du BTP et la formation professionnelle continue – notamment ses financements. Les partenaires sociaux s’y sont engagés et affirment déjà leur volonté de :

  • mettre à disposition de l’Observatoire des métiers du Bâtiment et des Travaux Publics, les moyens lui permettant de développer ses travaux sur les métiers et les emplois notamment ceux liés à la transition écologique et énergétique et de les mettre à disposition des partenaires sociaux du BTP tant au niveau national que régional,
  • coordonner la gestion des financements engagés par le CCCA-BTP et l’OPCA de la Construction dans le champ de la formation professionnelle initiale et continue des salariés et des demandeurs d’emplois,
  • mutualiser les moyens disponibles sur la création et l’actualisation des diplômes, titres et certificats de qualification professionnelle du secteur,
  • optimiser l’utilisation des ressources des organismes professionnels paritaires en charge de la formation professionnelle