Les positions de la CAPEB

Avant d’être une Organisation qui vous apporte services et conseils, la CAPEB est un syndicat professionnel qui vous représente et défend vos intérêts tout au long de l’année. Il est donc normal que vous connaissiez ce que nous avons obtenu et les positions que nous défendons aujourd’hui.

Les Victoires de la CAPEB

2007 : Les statuts des conjoints.

2006 :

  • Maintien de la TVA à 5,5 % jusqu’en 2010. Combat en cours pour la pérennisation.
  • Le principe de l’allotissement dans les marchés publics devient la règle

2004 :

  • La CAPEB s’engage sur l’adaptabilité et l’accessibilité des logements aux personnes à mobilité réduite.
  • La CAPEB signe un accord de branche pour la formation professionnelle tout au long de la vie. Il porte sur le contrat de professionnalisation, le tutorat et le rôle de l’encadrement, le droit individuel à la formation, … il concerne les salariés et vise aussi les demandeurs d’emploi.

2002 : La CAPEB est reconnue représentative des entreprises de plus de 10 salariés.

2000 : L’Union Professionnelle Artisanale (UPA) fête ses 25 ans. L’UPA incarne la volonté politique des trois grandes confédérations de l’artisanat qui constituent : la CAPEB, la CGAD et la CNAMS.

1999 :

  • Le diplôme Gestion des Entreprises Artisanales du Bâtiment est homologué. Créé par la CAPEB en faveur des femmes d’artisans, il leurs permet de valider leurs compétences professionnelles à l’issue d’un parcours de formation de deux ans.
  • La CAPEB obtient à titre expérimental la TVA à 5,5 % pour les travaux de rénovation et d’entretien des logements construits depuis plus de deux ans.

1998 : 35 heures : la CAPEB signe un accord paritaire qui ouvre aux petites entreprises les mêmes avantages qu’aux grandes.

1996 : Première manifestation en faveur de la TVA à 5,5 %. Le combat a débuté dès mai 1996. Un repère indispensable dans notre syndicalisme pour comprendre comment le chemin est long et difficile pour faire triompher une vraie bonne idée.

1995 : Création d’un régime obligatoire des indemnités journalières. Les artisans bénéficieront désormais d’une indemnité lorsqu’ils seront malades mais la période de carence est à rediscuter.