Retour sur la 56ème assemblée générale

Retour sur la 56ème assemblée générale

Le secteur du bâtiment, et en particulier l’artisanat, n’est pas sorti de la crise. Malgré les annonces faites par le gouvernement, malgré les annonces dans la presse, l’artisanat du bâtiment ne voit pas le bout du tunnel !

Que constate-t-on ? Toujours plus de travailleurs détachés, toujours plus de marchés publics traités à bas coûts, toujours plus de contraintes, toujours plus de dépôts de bilan et d’artisans dans la galère !

La première entreprise de l’Hérault semble être la grande oubliée d’un système tourné plutôt vers les starts up du numérique et le digital, que vers l’économie réelle.

Malgré tout, nos entreprises ont de formidables atouts : la proximité, le savoir-faire, l’adaptabilité. L’artisanat du bâtiment peut aussi être un atout pour le développement économique de la grande région à condition qu’on lui en donne les moyens. Prenons notre destin en main, soyons acteur de notre développement.

AG2015 - 1

A la tribune de gauche à droite : Emmanuel Négrier (chercheur au CNRS), Brigitte Roussel Galiana (adjointe au maire de Montpellier), Kléber Mesquida (président du conseil départemental de l’Hérault), Bernard Maurin (président de la CAPEB Hérault – au 27/11/2015), Pierre Bouldoire (maire de Frontignan), Christian Assaf (député), Patrick Vignal (député).

L’artisanat du bâtiment : acteur ou spectateur de la grande région ?

Le 27 novembre dernier lors de la 56ème assemblée générale, qui s’est déroulée à la salle de l’aire à Frontignan, nous avons abordé ce sujet avec nos différents invités :

  • Emmanuel Négrier, chercheur au CNRS
  • Jacques Baghi, directeur de la cellule économique régionale du BTP
  • Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault
  • François Commeinhes, sénateur maire de Sète
  • Pierre Bouldoire, maire de Frontignan
  • Christian Assaf, député
  • Patrick Vignal, député
  • Jean Christophe Repon, administrateur confédéral.

 

50 000 nouveaux habitants chaque année, dans une nouvelle grande région qui galope vers les 6 millions d’habitants. C’est un défi qui sonne aussi comme une chance.

Le logement social, en retard, du fait de l’histoire peu industrielle de cette grande région, fait un effort de production, mais dit composer avec le désengagement de l’Etat. La grande région, c’est deux métropoles et deux histoires. Montpellier utilise l’urbanisme comme un vecteur de marketing territorial. La bande littorale agit comme un aimant à résidences secondaires. Toulouse, portée par sa puissance industrielle, voit l’urbanisme plus comme un moyen que comme une fin. Mais partout dans cette grande région, les villes moyennes ne doivent pas être délaissées, au risque de se paupériser. La maison individuelle reste plébiscitée mais la superficie des parcelles se réduit autant que s’accroissent les difficultés de financement. Le secteur du bâtiment ne se limite pas à une litanie de chiffres, c’est le reflet de nos vies quotidiennes : chantiers, rénovation, travaux, aménagements, économies d’énergie…..notre secteur embrasse une foule de métiers, dont certains tirent la langue après des années sous tension : bureaux d’études, promoteurs, entreprises, artisans….un monde passionnant et passionné mais trop peu médiatisé à l’heure du « digital » triomphant !

C’est pour cette raison que nous devrons être les acteurs de notre destin « professionnel » au sein de la future grande région.

AG 2015 COMMEIHNE

Intervention de François Commeihnes, sénateur maire de Sète

AG 2015 TRIBUNE

De gauche à droite : Jean Christophe Repon (administrateur confédéral), Bernard Maurin (président en date du 27/11/2015), Brigitte Gonzalez (trésorière en date du 27/11/2015). Au pupitre, Jean Pierre Garcia, vice-président chargé des mandats.